Eclaircie mobilités électriques
Mobilité électrique

Cet article détaille les réflexions du notre société de conseil sur la situation actuelle de la Mobilité Electrique.

Conseil Mobilité Electrique – nos chiffres

Le parc de véhicules électriques français aujourd’hui c’est 300 000 unités.

Et coté infrastructure, en ce début 2020, nous avons en France environ 30 000 points de recharge accessibles au public. Il y en a environ 150 000 dans les entreprises et 120 000 dans les maisons individuelles et le résidentiel collectif. 30 000 points de recharge accessibles au public, c’est-à-dire environ 1 point de recharge pour 10 véhicules électriques. La Directive européenne engage les pays à avoir 1 point pour au moins 10 Véhicules Electriques. La France est dans les clous.

A ce jour, 2/3 des stations accessibles au public sont opérées par des syndicats départementaux d’Énergie (investissements d’avenir). Il n’y a quasiment plus de zones blanches. La recharge privée à la fin du 1er trimestre 2018 affiche 91 000 points de charge en entreprise, 68 900 chez les particuliers.

Du coté de l’autonomie, elle est en moyenne pour un Véhicule Électrique de 250 km. Et sa consommation au 100 km est d’environ 17 kWh, c’est-à-dire 2,5 € au tarif d’électricité français actuel.

L’objectif d’émission de CO2 en 2030 en Europe sera de 59 g de CO2 émis par km. A noter qu’un vélo émet 16g de CO2 au km (si l’on compte l’activité physique qui émet le CO2 et le CO2 produit par la nourriture à avaler pour produire l’énergie avec ses jambes).

Les coûts d’un véhicule thermique pendant toute sa durée de vie, c’est 1/3 à l’achat, et 2/3 ensuite. Aujourd’hui, un Véhicule Électrique, c’est 30% de plus à l’achat par rapport à un véhicule thermique et environ -40% en entretien et en exploitation. Les prix du Véhicule Électrique vont baisser.

En tant que conseil mobilité électrique, quel futur prévoir…

Demain, la mobilité électrique en France c’est un parc de véhicules électriques qui va petit à petit remplacer les véhicules thermiques essence et diesel.

5 grands évènements sont en train de se dérouler, ils vont libérer les ventes.

Premier évènement

Le premier concerne la mise en place de la taxe CAFE européenne qui oblige les constructeurs à vendre des véhicules neufs moins polluants. Sur l’ensemble de leurs ventes annuelles, le plafond de 130 g/km d’émission de CO2 de 2019 doit passer à 95 g/km en 2020, puis 85 g/km jusqu’à fin 2024. À partir de 2025, les émissions devront être réduites de 15 % par rapport à 2021, et de 37,5 % à partir de 2030.

Second évènement

Ensuite, le second concerne la prise de conscience sur l’impact sur l’environnement. Le Véhicule Electrique génère en France, du fait de son profil de production énergétique décarboné, un impact positif sur les émissions de gaz à effet de serre. Ce principe va être valorisé auprès des clients, par une communication appropriée et par l’octroi de primes pour l’achat de ce nouveau type de véhicule.

Troisième évènement

Le troisième porte sur la perception de ce nouvel écosystème de mobilité électrique. En effet, ce n’est toujours pas facile de percevoir le fonctionnement et la valeur globale de l’imbrication apportée par tous les acteurs. A ce jour, on voit encore trop souvent des considérations ciblées qui isole les éléments sans tenir compte de la vision d’ensemble. L’infrastructure de recharge est disponible ou pas. Les services de réservation et de recharge de bornes sont-ils simples pour l’utilisateur. Quid de la capacité à recharger partout avec un même badge de recharge. Qu’en est-il de l’amélioration des coûts de l’énergie si on recharge à domicile en interaction avec la maison. Où en-est-on des services de valorisation de la seconde vie des batteries pour du stockage d’électricité par exemple. Et le recyclage des composants et métaux en vue de réutilisation, etc. Tout cela se structure, la compréhension s’améliore de jour en jour.

Quatrième évènement

Et Quatrièmement, le changement d’usage et de comportement ! Même si la Mobilité Electrique apporte une ambiance plus zen. Conduire un véhicule électrique, c’est différent, croyez-moi ! Mais ça change tout : quand recharger ; comment organiser son voyage ; combien de temps pour faire un trajet ; quand l’énergie est -elle la plus intéressante économiquement ? Il faut changer sa façon de faire. Le client va être accompagné sans douleur sur ces changements, comme quand les 1ères voitures sont apparues sur nos chemins.

Cinquième évènement

Enfin, le Véhicule Electrique lui-même continue à progresser. Il va offrir plus de fonctionnalités, plus de facilité dans l’usage. La programmation d’une recharge différée pour optimiser son tarif électrique est un exemple. En consultant l’histoire de la mobilité, le véhicule électrique reste un produit de mobilité encore très récent par rapport à ses « concurrents ».

Conclusion

En résumé, c’est un système de mobilité électrique complet qui se met en place. Il va faire converger 3 axes stratégiques principaux, avec des divergences qui vont s’atténuer :

1) mise en place d’un nouveau système global et coopératif entre partenaires : infrastructure, mobilité, constructeurs, consultants, batteries, plateformes, entretien…

2) nouvelle roadmap produit pour la filière industrielle automobile avec floraison de nouveaux modèles

3) nouvelle approche dans la communication pour éduquer habilement sur cette expérience de mobilité électrique vers des utilisateurs qui vont devoir recourir à de nouvelles habitudes.

Please follow and like us: